Fédération de Vo Co Truyen Vietnam de France.

  • Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

1er Championnat du monde - 2016 - Retour d’expérience de Morgane Baricault

E-mail Print
There are no translations available.

 

Cela été vraiment un honneur pour moi d’être sélectionnée dans l’équipe élite technique pour représenter la FVCTVNF au premier championnat du monde de Vo Co Truyen. J’ai vécue cela comme une chance et une grande occasion de donner le meilleur de moi-même.

J’étais déjà sur place au Vietnam quand j’ai su que j’étais sélectionnée, c’était déjà mon troisième voyage au Vietnam et cette fois-ci j’avais décidé de rester un an dans le but de m’entrainer, la compétition est venu clôturer mon séjour en beauté. Mais je me rappelle mon sentiment la première fois que je suis arrivée au Vietnam, je suis toute de suite tombée amoureuse du pays, de sa culture, de son climat.

Le premier entraînement fut très intense je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi difficile. On s’entraîne longtemps et les maîtres recherchent la perfection, il faut être concentré sur tous les points : techniques, rapidité, esthétique et donner vraiment le meilleur à chaque fois.

A mon arrivée à Thu Duc, j’ai vraiment adoré le cadre qui était vraiment favorable pour s’entrainer dans des conditions optimales et j’ai été impressionnée par le niveau de l’école Vietnamienne qui était vraiment excellent et très motivant. J’ai adoré le fait que le maître soit une femme (maitre Oanh), c’était la première fois que j’en rencontrais une et son niveau était excellent, elle est un exemple pour les pratiquantes de Vo-Co-Truyen.

J’ai adoré la période de préparation bien qu’elle était très éprouvante, notamment la manière de travailler des préparateurs. Ils m’ont fait travailler les Quyens d’une manière toute nouvelle pour moi. Ils savaient comment donner de la vie et de l’effet aux enchaînements en utilisant le regard et en jouant sur les rythmes et les poses ce qui rendaient la leçon beaucoup plus vivante, beaucoup plus réelle. Cela donnait beaucoup plus d’intérêt au travail mais ce n’était jamais assez bien, toujours quelque chose à corriger, toujours la possibilité de faire plus beau, plus juste, en clair pas le temps de s’ennuyer…

La compétition a été assez difficile pour moi, j’ai tendance à me mettre beaucoup de pression et j’appréhendais vraiment le moment de mon passage. Il fallait que je sois à la hauteur, du moins que je donne le meilleur de moi-même. J’étais en stress permanent, je n’avais pas fait beaucoup de compétition par le passé et m’attaquer directement à un championnat du monde m’effrayait beaucoup. Au final j’ai vraiment aimé la compétition et le fait de me retrouver avec des gens unis par la même passion et l'envie « de vaincre », de se dépasser.

Une fois les épreuves terminées, j’ai été vraiment soulagée. Même si mes performances auraient pu être meilleures, je n’ai pas fait de grosses erreurs et j’étais assez contente de moi. Cela m’a permis de savoir sur quoi mettre l’accent pour progresser, la compétition et ce séjour dans le Sud ont donné un coup de fouet à ma motivation et je suis revenue en France déterminée et avec des objectifs.

J’ai vraiment aimé les jours qui ont suivi la compétition parce que la pression était tombée et l’équipe s’est d'avantage libérée, on était une petite famille partageant ensemble des moments autre que l'entrainement, la bonne ambiance était au rendez-vous.

J’ai trouvé que l’équipe était soudée, à se soutenir les uns les autres. Et même si c’était un groupe hétérogène à la base avec des personnes qui ne se seraient pas forcément côtoyées  dans la vie courante, cela c’est très bien passé. C’était intéressant de rencontrer de nouvelles personnes unies autour d’une même passion.

L’encadrement était super, Anthony à veiller à ce que tout le monde se sentent bien et passe un bon séjour, il était à l’écoute et gérait tout, variait les activités, on avait juste à suivre. Et durant les entraînements, les maîtres Oanh, Anthony et Cam Tu étaient vraiment impliqués dans l’enseignement. C’était vraiment bien de se sentir cadré et soutenu dans l’entrainement et d’avoir à disposition les conseils de professionnels.

Par rapport aux temps dont on disposait on n’aurait pas pu mieux me préparer, les instructeurs  m'ont consacré beaucoup de temps et corrigé à de nombreuses reprises, en peu de temps j’ai progressé et compris beaucoup de choses et maintenant je dispose d’outils qui me seront utiles pour le reste de ma vie de pratiquante.

Pour moi ce séjour n’est que le début d’une longue suite, je compte bien continuer dans cette voie et m’impliquer le plus possible dans la FVCTVNF. Mon but est de continuer à m’entrainer pour évoluer le plus possible et continuer les compétitions et ensuite un jour ouvrir ma salle.

Je suis vraiment contente de mon séjour dans le Sud du Vietnam avec l'équipe élite, c’était une super expérience autant pour l'entraînement que sur le plan humain, et cela m’a donné encore d'avantage l’envie de continuer dans la pratique et d’atteindre le meilleur niveau possible.

Un grand merci pour tout aux encadrant, qui ont cru en moi, prit le temps de me corriger et m'ont soutenu pendant le séjour. Merci de m’avoir permis de vivre cette expérience. C'est un tournant dans ma pratique. J’espère pouvoir en vivre de nombreuses autres.

 

Morgane Baricault
De l’écoles Võ kinh Vạn An Phái à dourdan-91
Elève de Didier Baricault

You are here: Commissions Élite Technique 1er Championnat du monde - 2016 - Retour d’expérience de Morgane Baricault